Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

La femme devinée dans la psyché embuée

 

Silhouette parfaite de nymphette entrevue,


Le visage est un leurre, les yeux d'ombres noyés


Dans la vapeur de l'eau qui l'ambre et l'atténue.


J'aime,

Le cou souple et si fin, ployé sur le coté,


Les épaules de reine arrondies et gracieuses,


Le deviné des seins, leur rond de brun foncé,


Leur poids de chair tendue, leur lourdeur délicieuse.



J'aime,

Le cambré du dos nu, le dessin de ses côtes,


Le cul comme une lune au meilleur de sa forme,


Les hanches, tendres portées où poser tant de notes,


Le creux des cuisses douces où des délices dorment.

 

J'aime,

Les jambes écartées, le tissu qui les frôle,


Les mollets si mignons, les chevilles si fines,


Les pieds aux bouts nacrés, coquillages corolles,


Posés sur les carreaux, empreintes qu'elle anime.




J'aime ...moins,


La buée qui s'échappe et dévoile autre chose,
Un corps de femme mûre aux contours moins précis,
Des griffures de vie dans le fané des roses,
Des marques sur les seins, sur le ventre arrondi.


Un visage moins lisse où subsistent les traces,
Des sourires et des pleurs qui jalonnaient sa vie,
Des yeux lassés de voir planer cette menace,
Plonger dans cet abime, tomber dans cet oubli.

Cet oubli de cette autre qui vit dans le miroir,
Cette femme si belle qu'elle a été un temps,
Cette autre qui la regarde, avec ses yeux si noirs,
L'entraîne vers les rêves, elle l'aime si tant.


J'aimerais rester celle qui hante ce miroir,
Eternelle jeunesse estompée de buée,
j'aimerais rester celle qui rit dans ce miroir,
Infiniment si belle, jeunesse capturée.

 

 

 

 

 

Cette autre dans le miroir
Tag(s) : #De l'amour dans la chair.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :