Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il prolonge la fulgurante jouissance à petits coups de reins, ne fait plus que gémir en expulsant l’air lentement. Céleste griffe doucement ses épaules, ses ongles descendent sur ses reins et l’électrisent. Il se durcit encore, gémit de nouveau. A bout de souffle, il se plaint. Les dernières flammèches poudroient dans son dos, dans son ventre. Dans sa tête, c’est le vide absolu, un vide intersidéré qui le laisse pantelant. Quand il reprend pied, il réalise qu’il est sur Céleste et qu’il a lamentablement « craqué ».

Alors, il se retourne lentement sur le dos, et l’avant-bras sur les yeux, commence à s’excuser.

- Je...

Céleste se redresse aussitôt et pose son index en travers des lèvres de Mike.

- Chuuuuutttt...

- Mais...

- Chuuuuttt...

Elle l’observe, ainsi prostré.

Il est mignon tout plein cet homme.

De ses cheveux bouclés à la pointe de ses orteils, il est mignon.

Visage carré, menton poinçonné d’une fossette adorable dans laquelle elle glisse l’ongle bombé de son index ce qui fait sourire la bouche charnue qui se trouve juste au-dessus. Elle aperçoit ses dents régulières et les imagine grappillant ses tétons. Dieu que ce fut bon. Elle frissonne.

Son index glisse sur la joue légèrement râpeuse, s’attarde sur la pommette douce mousse , escalade le poignet et, tendre crochet, l’ôte des yeux clos.

Mike pose sa main à l’aveugle et c’est l’épaule ronde de Céleste qui lui sert de perchoir.

Elle sourit, continue son examen. Le cou est mince et blanc, comme le torse et le haut des bras. Bronzage agriculteur.

Un duvet léger couvre les pectoraux et les tétons sont bruns foncés, grenus comme des framboises. Elle souffle un peu et la peau se couvre de picotis-picotas tandis-que les frisures s’affolent. Il sourit encore plus mais n’ouvre pas les yeux.

Les doigts du garçon pianotent sur le rond de l’épaule, petits gratouillis de bête qui s’agite.

Sa taille, encore scarifiée par la marque de l’élastique du caleçon, est mince et une bande de poils plus foncés pointille l’abdomen et s’élargit de nouveau sur le pubis. Sur ce tapis de frisotis, le sexe repose, encore orné, à la petite bouche du méat, d’une goutte nacrée qui a dégouliné, agglomérant une pastille de la toison en une sorte de mini béret rigolo.

Dans le creux du nombril, détail savoureux, un petit minou a fait son nid. Prisonnier de ce puits de chair, il est là, tapi, attendant la douche qui le délogera.

Les hanches sont glabres et la pilosité reprend ses droits sur les cuisses et le reste des jambes.

Il est plus que beau se dit Céleste. Il est carrément canon.

Mutique mais souriant, il attend.

Céleste souffle à nouveau sur le torse de l’homme et les tétons pointent plus haut leur museau.

Il ouvre enfin les yeux.

  1. Ils sont noirs, des yeux d’Andalou, bordé de cils épais. Les paupières en amande sont plus claires que le reste du visage. Sans doute porte -t-il des lunettes de soleil. Il est carrément beau.

 

PS: je m'excuse pour le retard avec lequel je poste cet épisode. Il fallait que je trouve, pour l'illustrer, une photo qui corresponde à la description que je fis de ce mâle. Et j'ai passé un temps fou, sur pinterest, à chercher...Croyez-moi, ce n'est pas chose aisée que de s'attarder -mone dieu- sur des mâles sexy,  carrément  tout nus des fois. Dur labeur, épuisante recherche. J'en peux plus. 

Fantasme 7
Tag(s) : #Au jardin des délices

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :