Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il sait le pouvoir des gémissements de l’amour sur son désir. C’est terriblement excitant et, sevré de contact charnel avec une femme depuis des mois, il sait se satisfaire des cris du plaisir. Cela lui chante aux oreilles comme le glou-glou de la boisson qu’il adore. Cela lui frise dans le ventre aussi et ma foi, il en jouit avec un intense plaisir.

Il se redresse légèrement pour libérer son sexe de la contrainte du tissu qui l’oppresse, profite de cette position pour enlever son caleçon et libérer « la bête ».

Mike est assez « content « de son braquemard qu’il trouve « mignon ». Au repos, il est même joli estime t-il. Parfaitement proportionné, un beau zob quoi, avec des baloches rondes et joufflues. En action, il est magnifique estime t-il et aux dires de quelques ex, c’est même un fait avéré. Pas très long mais épais, il est de plus très endurant et me rechigne pas à la tache (si je puis dire).

Là, présentement, le zob de Mike est carrément près à se laisser aller. Heureusement que le propriétaire de ce bel objet possède un self-control à toutes épreuves parce-qu’autrement, depuis le début de cette aventure incroyable, il est mis à rude épreuve.

Et cela continu.

Céleste agrippe Mike par les cheveux et l’incite à se hisser jusqu’à sa bouche.

Seigneur pense t-il en sentant son sexe pénétrer d’un élan dans une grotte étroite et brûlante.

Seigneur a-t-il le temps de penser en entendant la lente plainte modulée par Céleste et ses jambes verrouiller ses hanches en un solide arrimage.

- HHHHHoooooo ouiiiiiiiiiiiii...

Bordel a-t-il à peine la lucidité de murmurer en sentant les ongles nacrés de la belle se planter dans son fessu pour l’inciter à aller plus loin, plus profond, plus...

C’est foutu !

Le plaisir lui cingle le corps de sa lanière de feu. Il se raidit encore, ne cherche plus à évoquer quoi que ce soit et jouit...comme un fou, les mains pleines de la chair souple et élastique des hanches de Céleste, le nez dans ses cheveux épandus sur l’oreiller. Il crie, la bouche ouverte dans le cou de la belle, tétanisé de plaisir.

Et cela dure...cela dure...

Il prolonge la fulgurante jouissante à petits coups de reins, ne fait plus que gémir en expulsant l’air lentement. Céleste griffe doucement ses épaules, ses ongles descendent sur ses reins et l’électrisent. Il se durcit encore, gémit de nouveau. A bout de souffle, il se plaint. Les dernières flammèches poudroient dans son dos, dans son ventre. Dans sa tête, c’est le vide absolu, un vide intersidéré qui le laisse pantelant. Quand il reprend pied, il réalise qu’il est sur Céleste et qu’il a lamentablement « craqué ».

 

 

Fantasme 6.
Tag(s) : #Au jardin des délices

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :