Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Lorsque j'ai bruyamment lâché les chiens entre deux prises de tête, ou plutôt, soyons honnête, lorsqu'ils se sont détachés d'eux-même, ce fut un indescriptible tohu-bohu en moi. Je ne maîtrisais plus rien dans tout ce fouillis-fouilla de plaisir anarchique qui piquetait ma nuque, me tétanisait, m'éparpillait et me paralysait en même temps.

C'est quoi ces flashs dans mes yeux qui crépitent ?

C'est quoi cette rétraction du temps et de l'espace à l'origine du big bang ?

C'est quoi ce plein soleil, ces plein-phares dans ma gueule qui m'éblouissent ?

C'est quoi ces coups de fouet lumineux aux lanières électriques ? C'est quoi cette massive attaque qui se fout de mes digues et m'envahit tout partout

C'est quoi ces coups de marteaux à la tête de verre qui explose ? C'est quoi cette statue qui me recouvre et qui veut que plus rien ne bouge jusqu'à la fin des temps ?

C'est quoi tous ces picoti-picota, lèvent la queue et puis s'en vont ? Quelle heure est-il Madame Persil ?

L'éternité moins le quart. Je suis perdu. »

 

Son blog à visiter.

http://histoiresaucreux.tumblr.com/

 

Le bonheur non ?

Une description superbe du feu qui ravage, des soleils qui consument, des flammes qui bousculent chaque partie de votre petit être messieurs quand vous jouissez.

Mike est perdu dans un vide intersidéral où évoluent comètes et étoiles filantes, traînes de feu et de glace mêlées.

La bouche de Céleste a quitté sa queue -c’est ce frais qu’il ressent- mais son doigt s’active toujours lentement dans son fondement, transformant l’incandescence en un brasillement qui peu à peu s’atténue. Il ne gémit plus, foudroyé et chacun des aller-retour de cemajeur dans son cul lui est béatitude.

Les yeux clos, il en apprécie la douce violence. L’inattendu contentement qu’il ressent après l’explosion thermonucléaire qui le ravagea l’aide à reprendre sa respiration. Son cœur bat de nouveau normalement. Finies la chamade, les extrasystoles. Tout baigne de nouveau.

Quand il reprend conscience, enfin, il aperçoit Céleste entre ses cuisses. Elle le regarde et sourit. Elle retire en douceur son doigt inquisiteur et sourit encore plus.

Elle se hisse jusqu’à sa bouche et y pose un baiser furtif.

- C’était bon ? s’enquiert-elle d’une voix légèrement enrouée.

Il ne peut que hocher vigoureusement la tête, comme un gamin à qui l’on vient de donner un bonbon et qui, la bouche à moitié pleine, en savoure intensément les délices.

Elle se tend vers la table de chevet, en ouvre le tiroir et en extrait la télécommande sur laquelle elle appuie.

Mike refait alors vraiment surface. Ce détail, il l’avait oublié.

Tout entier centré sur la nouveauté de la situation ; partenaire incroyable, situation parfaitement irréelle, il avait complètement zappé la caméra qui filmait leurs ébats.

- Tu veux voir ?

Il se soulève sur un coude, observe Céleste un long moment. Le temps de reprendre pieds dans SA réalité. Tout lui revient d’un coup et c’est tellement inimaginable !

Ce rendez-vous pour un job, cette bombe qui le guide jusqu’à une chambre et qui s’offre, comme ça, tout de go !

Il préfère ne pas trop s’interroger sur le pourquoi du comment certain que si il se pinçait, il s’éveillerait. Il sélectionne donc ce qui le branche dans l’instant présent à savoir :

- Tu veux voir ?

Il n’avait jamais imaginé se retrouver dans une telle situation.

Des films pornos, il en a vu des tas. Il avait besoin de ce support imagé pour réveiller sa libido défaillante. Mais se regarder faire l’amour, il ne l’avait jamais envisagé.

Enfin...presque jamais.

Bon ok !! Il y avait pensé, c’est vrai. Il se disait que cela pourrait peut-être relancer la « sexe machine » de son couple. Mais entre le fantasmer et le dire, il y avait un ravin qu’il n’avait jamais sauté. Et là !

Elle le fixe de ses yeux envoûtants et il se dit que oui, il a très envie.

Alors il hoche la tête.

Elle se lève et ouvre les deux battants d’un meuble qui fait face au lit Derrière, un grand écran. Elle revient se nicher contre lui, attrape un oreiller aplati et lui redonne son gonflant en le tapotant énergiquement. Puis elle le glisse sous sa tête. Mike chope celui qui lui rehaussait les reins et fait de même.

- T’es près ? demande-t-elle ?

Nouveau mouvement affirmatif. Il est ...impatient et limite angoissé.

L’écran s’illumine. Plein cadre sur la « scène d’action ». Il se voit adossé à la tête du lit, le drap ramené sur le haut du corps et Céleste dévoilant lentement son vit tout en humectant ses lèvres d’un bout de langue rose.

Elle soupire. Sur l’écran et à côté de lui.

Il sourit, un peu. Il se trouve mignon finalement. Beau gosse même.

Et puis Céleste !! Bon sang Céleste. Il n’a plus d’yeux que pour elle qui se hisse vers ses hanches et l’empoigne hardiment. Son dos de souveraine soumise et ses épaules rondes, ses cheveux dénoués ruisselant sur ses reins, sa taille menue et souple et son cul. Son cul.

Ca y est. Il bande. Aussi discrètement que possible, il ramène le drap sur le témoin de son émoi. Il ne veut pas passer pour un mord de faim. Il vient de jouir deux fois de suite en un laps de temps ridicule. En vrai, il est assez fier finalement. Lui qui croyait dur comme fer que le mâle en lui était mort et qu’aucune femelle n’arriverait à le ressusciter, le voila rassuré et de belle manière même !

Elle, elle fixe l’écran, attentive au film dont elle est la vedette féminine.

Mais elle ne regarde que Mike, revivant intensément le passage de son partenaire de la réserve pudique à l’abandon total.

 

Elle adore mater en fait et là, elle se délecte.

Mike est un « novice » et le « dépuceler » a été un réel plaisir. Elle observe les réactions du garçon, ses crispations, ses gestes d’abandon, ses dénégations qui approuvent et dénoncent son plaisir. Elle hausse le son pour mieux entendre..

Mike qui l’observe à la dérobée, voit ses mamelons durcir et la chair de poule recouvrir de ses picots velours la peau satinée. Elle mord sa lèvre inférieure et une de ses mains est emprisonnée entre ses cuisses jointes.

Sur l’écran, la belle commence son chemin de crucifixion, aspirant tétons et testicules tout à tout, le cul tendu vers la caméra. Quand, à la télé, les doigts de Céleste se referment sur sa verge, il sursaute comme si c’était encore le cas, là.

Putain comme il bande.

Comme si un fil les unissait, ils tournent la tête l’un vers l’autre en même temps, parfaite synchronisation.

Elle voit son regard enfiévré, ses lèvres crispées en un sourire presque contrit. Elle voit le drap dressé comme une tente de bédouin et l’arrache du corps du garçon. Et tandis-que sur l’écran leurs anatomies s’emboitent en une figure de style parfaite, elle s’empale sur Mike, d’un seul coup de reins. Elle est tellement mouillée. Il est tellement dur.

Un même cri les unit et la voila qui tangue, son pubis collé à la jointure de la hampe. Mike mord son cou, respire à petits coups précipités pour ne pas venir de suite. Mais il sent, autour de sa queue, les crispations annelées dénonçant la prochaine jouissance de Céleste et c’est d’un même élan qu’ils exultent, puisant dans leurs poumons l’air nécessaire à l’oxygénation du feu qui les consume.

Dans leur ventre, l’envol d’un millier de libellules aux ailes soyeuses et électriques.

Dans leur tête, la nuit étoilée et ses explosions fulgurantes. Entre leurs jambes, le ruissellement d’une source résurgente et le jaillissement d’un nectar nacré et bouillant.

  1. Ils crient.
Fantasme 20

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :