Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Puis cette langue...Hoooooo cette langue qu’elle passe à plat puis qu’elle durcit en en incérant le pointu dans son anneau serré.

C’est divin.

Même si il n’arrive pas à totalement se relâcher, cet attouchement léger comme une plume puis hardi comme une semi-insertion lui tire des geignements extatiques et des apnées interminables.

Son poing crispé retient la tresse de Céleste mais ne sert plus de frein à rien. Juste ce lien qui les unit tous les deux dans ce partage intime.

Elle ronronne toujours, couchée à plat-ventre entre les jambes de l’homme dont elle mignote le cul avec délectation.

Il se relâche peu-à-peu, respire plus ample.

Sa queue a perdu un peu de sa raideur, concentré qu’il est sur cet endroit vierge de toute caresse d’ordinaire et qu’il découvre sensible et réceptif au plaisir.

Bon dieu pense-t-il en constatant que la phalange d’un doigt a remplacé le charnu de la langue dans son fondement.

Il se raidit.

- Calme murmure Céleste, calme.

L’on dirait une écuyère tentant de rassurer un étalon effrayé.

Lui ouvre les yeux, cherche son regard et le trouve, juste au-dessus de sa queue détendue.

- Calme dit-elle encore en disparaissant de nouveau. Il ne voit plus que le haut de son crâne et sa natte, cordon d’ébène traçant sa ligne sombre de son ventre à son poing.

Elle retire son bout de doigt, mouille et lèche à nouveau et, lentement, introduit de nouveau une phalange, puis deux. Elle se relève un peu, juste pour guigner ce qu’il fait, comment il réagit et le sourire extatique qu’elle voit sur ses lèvres l’encourage et la rassure.

En hardie, elle prolonge la caresse en lents aller-retour, mouillant amplement son doigt entre chaque va-et-vient. Elle le sent se détendre autour de son majeur. Il accompagne sa pénétration en s’offrant encore plus, relevant inconsciemment son bassin en une houle douce à chaque progression de l’intrus dans son intimité.

C’est délicieusement pervers pense-t-il et cela regonfle instantanément sa queue.

Il pense au tableau qu’ils offrent, lui écartelé et pénétré, elle entre ses cuisses, le nez sur cet endroit dont il subodorait juste les pouvoirs jouissifs en matière de sexe.

Son doigt complètement disparu dans l’anneau, Céleste se hisse jusqu’à la belle verge qui a retrouvé toute sa raideur et en embouche le bout.

- Putain souffle-t-il. Putain.

Bouche ouverte, il cherche l’air.

C’est diabolique.

Diaboliquement bon.

Elle l’enfourne jusqu’à la garde et le voila statue, haletant enfin.

Et elle qui continue son manège.

Elle enfonce et retire son doigt en même temps qu’elle embouche et relâche son chibre.

Et toujours ce nectar qui coule sur ses couilles, sinue jusqu'à son anus qu'il noie de sa douceur. 

- Putain...HOOOOOooooo...OUIIIIIiiiiii.

Il se sent délicieusement « plein ».

Ainsi sollicité, il vibre comme une corde d’arbalète, arque ses reins et tend sa queue, serre son poing autour des cheveux et gémit de plus en plus fort.

Puis soudain, c’est la rupture.

Le barrage cède.

Il se meurt.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fantasme 18
Tag(s) : #Au jardin des délices

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :