Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mike ne pense à rien d’autre qu’à cet animal délicat qui enclot ses boules d’une délicieuse chaleur. Et quand la main de Céleste s’empare de sa virilité, il crie, l’empoigne par les cheveux et l’arrache de son pieu.

- Non ! clame-t-il. Non...Céleste arrête !

Il la pousse doucement aux épaules et elle se couche docilement, le regardant avec ses yeux de coquine qui donnent envie de la mordre ou de l’embrasser follement. Puis, lentement, elle se met à plat-ventre offrant à l’homme son dos de déesse soumise. Il se love contre elle, tout contre elle, et elle soupire.

Appuyé sur un coude, il passe le bout de ses doigts sur le bombé du cul, sur l’éclisse de la taille menue -ce qui la fait rire- remontant en lents errements vers le dos et ses ébauches d’ailes.

Ebauche d’Elle, si belle qu’il en retient son souffle, ne pouvant croire à ce mirage. Pourtant, il ne rêve pas. Elle est douce et chaude, brulante même. Il approche son visage du cou révélé par les cheveux épandus, en effleure la peau soyeuse d’un bout de nez éperdu, la respire, la flaire, débusquant son vrai parfum de femelle par-delà celui du shampooing. Il ferme des paupières pour en recueillir l’essence qui l’enrubanne de son sortilège. Elle sent le lait et le miel, la mer et ses embruns. Il pose son bout de langue sous l’oreille. C’est salé, légèrement amer, goûtu. Elle frémit sous la caresse, sort sa main prisonnière et se tournant légèrement, la pose sur la cuisse de Mike. Il cherche ses yeux sous la masse des cheveux, en aperçoit la brillance affolante, y décelant l’attente impatiente de la chienne en chaleur.

Elle se remet sur le dos et ses seins retrouvent leur insolence, ses cuisses s’écartent, sa bouche supplie.

- Lèche-moi s’il te plaît, comme la première fois et donne-moi ta queue.

Un soixante neuf. Le garçon se pince pour être sûr de ne pas rêver. Aie ! Il est bien réveillé. Jamais son ex n’a voulu lui faire l’aumône de cette caresse dont il a apprécié toute la saveur avec une autre de ses conquêtes. En fait, en y réfléchissant bien, niveau baise, son ex n’aimait pas grand-chose mais il s’en contentait se disant que « toujours pareil valait mieux que rien du tout ».

Il l’enjambe donc et miracle, sa bouche à lui et sa bouche à elle se retrouvent pile au bon niveau.

Elle écarte d’avantage ses cuisses et ses lèvres soyeuses se désassemblent, laissant libre accès à la langue agile qui en happe le bourgeon derechef. Comme elle crie ! Il n’a même pas conscience de la vacance de son chibre qu’elle ne prend pas dans sa gorge, trop accaparée par le brasier qui flamboie dans son ventre pour s’occuper de la belle queue tendue qui voisine sa bouche, déposant sur sa joue une traînée de mouille.

Fantasme 12

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :