Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La confession du continent de ma chair. Poème saphique.
Tu es entrée
en ma chambre,
sans mot dire,

alors que
pleuvaient
les solives du soir,

tu m’as emmenée
sur mon lit,
tu t’es étendue auprès de moi,

la chute de tes escarpins
à terre
a brisé le cristal du silence,

tu as effeuillé
ma robe, ma culotte,
mes bas de soie,

je t’ai regardée, suppliante,
mais
tu as continué

l’épopée de ton œuvre,
la
confession du continent de ma chair.

Ta lippe a confessé
la fierté de mes seins,
l’hymne de mes aisselles,

puis,
arrogantes,
et curieuses,

tes paumes ont entrouvert
le sonnet de mon Désir,
le parfum de ma volupté,

j’ai bramé de liesse
quand
le blason de mes ivresses

a baigné
les
lys ardents de la sensualité,

tu m’as offert,
alors,
souriante, et câline,

à
genoux
sur la corolle de ma langueur,

à
genoux
sur le pli de nos baisers,

le
Saint-chrême de ma cyprine
que tu as bue,

souriante, Ô ma Douce
jusqu’à mon prochain sacrifice,
jusqu’au prochain zénith de ma Grâce !

Sophie Rivière

 

Tag(s) : #Textes d'à les zautres

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :