Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rêve de femme ...pour son homme...atout fer... A mon service tu : - Laverais mes dessous de soie à la main, les reniflant yeux fermés pour en capturer les fragrances entêtantes avant de les plonger dans leur bain de mousse soyeuse.

Tu les frotterais entre tes doigts imaginant mon entre-cuisses luisant sous cette petite bande de tissu et mes pommes charnues dans leurs corbeilles pigeonnantes.

- Tu les mettrais à sécher un le fil, pinçant une bretelle comme tu pincerais mon téton grenu, épinglant la mince dentelle de mon brésilien comme tu épinglerais de ta langue la fente moelleuse de mon nid charmant.

- Tu te coucherais sous le fil à linge et tu fantasmerais... Toi sur moi, moi sur toi...

 

- Puis tu irais faire notre lit.

D'abord tu t'étendrais sur les draps à plat ventre, prendrais mon traversin à plein bras et plongerais ton nez dans mon odeur.

Fleur, vanille, caramel...et puis cette petite pointe de sueur que tu retrouves au creux de ma nuque, quand, planté dans mon ventre, tu mordilles l'orée de mes cheveux en me murmurant des mots crus. Couché là, vautré dans mes parfums, tes soupirs, ton ventre qui flamboie. Sur le dos, ta main... Soupirs et glissements.

Soupirs gémissements

Cris et jaillissement.

Draps tirés...lit refait.

- Cuisine. Mon mug, mon rouge à lèvres cerise posé sur la faïence tiède, la mousse arabica qui le frôle.

Jaloux du privilège tu la lèches mélangeant burlat et grains grillés...

Subtil, évocateur.

Mes lèvres mordues juste après le café,

souvenirs souvenance,

tout tourne

tu danses dans le tourbillon fou du café agité.

Tes dents qui mordent ma pulpe.

- "Ne pars pas ! Reste encore...S'il te plaît.

Morsure, empaumage,

ventres serrés et chauds,

doigts sous la mâchoire.

Frisson...je suis partie. Te revoilà présent. Soupir, ventre en feu. La mousse encore qui dilue le carmin et l'écume cannelle. L'eau qui lave et délite. Soupir. La salle de bain. Noyé de suite dans mes parfums diffus. Mon corps sous la douche. Soupir... L'eau en cascade, mes seins lourds et luisants, mes cabochons perlés...

La mousse qui déferle de mes épaules rondes à mon ventre bombé puis, serpent aérien, disparaît puis revient, résurgence nacrée au rond de mes mollets. Tu t'ébroues...

Éponge, mousse encore.

Tout brille. Tu lèves les yeux.

Sur le miroir, ton visage ébahi scarifié par un "Je T'aime " écrit au rouge sang.

 

Tag(s) : #Au jardin des délices

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :